VIVIANA MOIN

Passiflore et Champignon dans la forêt profonde

« Il est vrai que je suis une forêt pleine de ténèbres et de grands arbres sombres ; mais qui ne craint pas mes ténèbres trouvera sous mes cyprès des sentiers fleuris de roses. « 
Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietszche

Après la mort de leurs mère et père, deux étranges soeurs jumelles se lancent le défi d’un cabaret expérimental qui tiendrait dans un placard.
Avec l’aide des passiflores et  des champignons, elles invoquent d’abord l’esprit de Tupac Amaru dans la forêt profonde. Elles se pensaient seules, mais bientôt elles s’apercevront d’une présence inattendue.
Que veut-elle fabriquer, cette voisine qui fait du bricolage en talons et robe rose, à toute heure du jour et de la nuit? Et comment feront-elles pour se débarrasser de ce mystérieux monsieur en cravate qui joue de la clarinette et veut prononcer un discours?
Quel autres secrets garde en elle la forêt?
Quant à la journaliste d’Elle Magazine, arrivera-t-elle à s’échapper vivante? Ou sera-t-elle engloutie?

VIVIANA MOIN

Après des études de danse classique et moderne à l’Ecole National de Danse de Buenos Aires, Viviana Moin étudie l’improvisation avec Mark Tompkins, Simone Forti, Steven Paxton, Lisa Nelson, David Zambrano, Julien Hamilton, Vera Mantero, Franz Poelstra entre autres.

Etudie l’acrobatie à l’Ecole de cirque Fratellini, et le clown et bouffon à l’Ecole de Philippe Gaulier.

Travaille en danse contemporaine avec les compagnies de Christophe Haleb , Jérôme Bel, Karine Saporta, Fredéric Gies et Fredéric du Carlo, Ayelen Parolin (Belgique), Kataline Patkaï, Mathieu Hocquemiller, Acerina Ramos-Amador (Espagne), Yaïr Barelli, et en théâtre avec la Compagnie Allio-Weber, Mélanie Martinez Llenze, Monica Espina.
En Mai 2018 participe dans « Re-Paradise », de Gweanel Morin d’après le Living theater monté au Théâtre de Nanterre Amandiers.

Collabore aussi dans des projets de performance avec l’écrivain Hélèna Villovitch, la plasticienne Magali Debazeille, Pauline Curnier-Jardin, Ulla Von Brandenbourg. En 2008 est invitée par le Festival de performance Amorph!08 (Paris-Helsinki) à imaginer deux performances à Paris et à Helsinki avec l’artiste finlandaise Mimosa Pale.
En 2016 participe à un projet de performance avec l’écrivain Natacha Appanah au Centre Chorégraphique de Caen Basse Normandie.

Danseuse dans le Film de Ulla Von Branderbourg « It has a Golden Sun an Elderly Grey Moon » qui fut sélectionné pour le prix Marcel Duchamp 2016, suivront en 2017 des performances en lien avec le film au Kunsthal Aarhus, Danemark.

Participe aux activités de « Jeux W » (Joris Lacoste et Jeanne Revel) notamment dans le dispositif « Générique » et « Tombeau ».

Est choisie pour participer au laboratoire de recherche interdisciplinaire organisé par la DRAC Nord pas de Calais dirigé par Christian Rizzo.

Participe dans plusieurs court métrages et films d’art : « Le sommeil de la raison engendre de monstres » de Gustavo Kortsarz ; « Nomel a Gnikcus » de Nicolas Contant ;  les films de Pauline Curnier Jardin (« Grotta profonda » et « Cœur de Silex ») ; « Ne te découvre pas d’un film », court métrage d’Olivier Steiner ; « Le plus petit appartement de Paris » d’Hélèna Villovitch ; “Deshabillages” de Valérie Mrejen.

Rôle co-protagonique dans le long-métrage « Sofa » d’Hélèna Villovitch (2018).
︎ En savoir +
Après la création de l’association Léa P. Ning en 1999, organise seule ou en collaboration avec des artistes de divers horizons, des performances, des dispositifs d’improvisation et des spectacles chorégraphiques.