ÉDITO

Et que ferons-nous après ? 

Nous sommes soulagés, heureux et soulagés, de pouvoir vous accueillir pour cette 14ème édition du festival. La danse, écho magnifique des mouvements du monde, activera à nouveau dans les allées et recoins du potager du Roi ses voix si plurielles !De ce repli imposé du printemps dernier et son silence étrange semblent avoir surgi des formes paradoxales de solitude, qu’évoqueront peut-être les huit soli, format unique de cette édition singulière. Ainsi ne sommes nous jamais totalement seuls, accompagnés ou habités de formes et forces végétales, fantomatiques, anciennes ou imaginaires….C’est peut-être pourquoi le danseur expérimente et exprime sa relation aux formes si variées du vivant, telles les croissances fongiques chez Maria Donata D’Urso ou les mille présences forestières, réelles ou fantasmées, de Léonard Lesage. Cette année, le passé et son cortège infini d’inspirations se taille une place de choix en l’être dansant, qui y puise les sources d’étonnants malaxages : des recommandations sanitaires médiévales chantées pour Ondine Cloez; un personnage historique à deux têtes chez JJ Sanchez, Daniel Linehan dialoguant avec son corps présent et passé ; ou Cassiel Gaube s’emparant de l’héritage chorégraphique de la House Dance. Paradoxale présence d’absences enfin, avec les fantômes cinématographiques peuplant la pièce d’Elsa Michaud et Gabriel Gauthier…Apparitions, transformations, circulations, décompositions seront donc les opérations poétiques par lesquelles les artistes nous font prendre conscience de nos actes, de nos corps, de nos présences, nous invitant aussi à écouter nos fantômes, nos fantasmes, nos interrogations. Ils nous encouragent à voir autrement, et peut-être apercevoir cet éternel recommencement où tout se transforme. Le potager est là pour nous le rappeler.  Plastique Danse Flore est un laboratoire, mais aussi un espace de rencontre et de convivialité. Nous vous souhaitons des moments agréables et bouleversants dans ce jardin extraordinaire qui nous accueille et nous rassemble à nouveau, le temps d’un week-end automnal.  

N’oubliez pas vos masques !

Bon festival !