Lois Weinberger

CIAPV 2017-Transhumance-155 [800x600]

PORTABLE GARDEN

En continu

Lois Weinberger s’est fait connaitre par des pratiques artistiques qui touchent à l’agriculture, la biologie et l’écologie. Ses installations s’appuient bien souvent sur la croissance d’une végétation spontanée et ses interactions avec le vivant, comme une métaphore de notre organisation sociale et économique. Dans cette veine, le jardin immatériel et nomade Portable Garden propose au public d’observer les transformations qui s’opèrent dans le temps. Il donne à voir un spectacle qui évolue au gré des saisons : du transport des graines par les oiseaux et le vent, à la croissance de ces « mauvaises herbes », jusqu’à la disparition totale des sacs et le retour à la terre. L’action humaine se trouve limitée au simple aménagement des sacs remplis d’une terre locale. Plus qu’un spectacle botanique, Portable Garden pose un regard critique sur les flux migratoires, en invoquant par les sacs de transport et les plantes dites rudérales, la figure du déracinement et de l’intégration.

Weinberger
Portable Garden, 1994
FNAC 2016_0516
Centre national des arts plastiques
© droits réservés/ Cnap/ Photographe : Aurélien Mole

Lois Weinberger

Lois Weinberger est un artiste autrichien né en 1947.

Il vit et travaille à Vienne.
Depuis le début des années 70′, Lois Weinberger, qui se considère comme un homme de terrain,
entreprend un travail poétique et politique interrogeant notre environnement direct qu’il soit
naturel ou remanié par l’homme. Portant un regard bienveillant sur une nature libre et
spontannée, l’artiste révèle avec délicatesse des zones marginales et par là même, nous interroge
sur les valeurs hiérachiques de notre société. Les plantes rudérales – « Weeds » – sont l’une des
principales sources d’inspiration de son travail qui sont à l’origine d’une multitude de notes,
dessins, photographies, objets textes, films et d’importantes installations dans l’espace public.
Parmis celles-ci, « Wild cube » (1991-92) une cage en acier qui emprisonne une végétation
spontanée qui croît sans intervention humaine, est une magistrale illustration de la puissance
symbolique d’une nature libérée de l’homme. Dans le même temps Lois Weinberger, amorce un
travail de « déracinement » d’espèces de plantes issues de contextes urbain et rural dans des
parcelles qu’il entretient. Issu de cette démarche, Weinberger introduit durant la Documenta X,
des plantes néophytes issues de sud et sud est de l’Europe sur 100 mètres de voie ferrée,
métaphore des processus migratoires modernes, dont le caractère poétique et
éminemment politique sera acclamé par la critique internationnale. « Burning » et « Walking » (1993)
qui consiste en une ouverture de l’asphalte, révèle avec enchantement la renaissance rapide et
spontannée d’une nature jusqu’alors sépucrale au coeur même de nos villes. En 2009, Lois
Weinberger est l’invité du pavillon autrichien à la Biennale de Venise. Son travail pionnier aura
grandement contribué à la récente discussion sur l’art et la nature amorcée dans les années 90.

_

Outre les très nombreuses expositions collectives ou monographiques dont Lois Weinberger a
bénéficié à l’international, le public français a eu l’occasion de découvrir certains aspects de son
travail à l’occasion d’une importante rétrospective qui lui a été consacrée par le Musée d’art
moderne de Saint-Etienne en 2011. Ses oeuvres font parties d’importantes collections publiques
et privés en France et à l’Etranger.

_

Portable garden, représenté à Paris par la galerie Salle Principale

_

En cours / oeuvre dans l’espace public

2016

Laubreise (Venice Biennial 2009) | Erste Bank (collection kontakt) | entre la nouvelle gare et le
campus de la Erste Bank à Vienne

2016 – 2017

Portable garden | angle des rues de Thionville et des Ardennes | Paris 19e