VIVIANA MOIN

Passiflore et Champignon dans la forêt profonde

A travers l’absurdité et l’humour je m’interroge sur l’attitude d’une Europe où, malgré les avancées scientifiques, intellectuelles et morales, on continue à produire de l’injustice et du mal-être, Nous vivons dans une société qui persiste aveuglement à ne pas vouloir partager avec le reste du monde les richesses de la terre. Malgré les nombreux cris d’alerte sur l’état de la planète, on continue à nous chanter les louanges de la croissance.

Entre cabaret et laboratoire expérimental.
Comme dans mes pièces précédentes, cette pièce se construit en alternant musique sonnante et dissonante, boucles sonores et chansons, tensions extrêmes et ruptures abruptes, adresses au public et explorations intérieures, renversements et détournements de sens, continuités et fragments : morceaux, comme on dit des morceaux de musique — quelle étrange expression.

De et avec : La Bourette, Pierre Courcelle, Paloma Moin, Viviana Moin et Héléna Villovitch.


VIVIANA MOIN

Après des études de danse classique et moderne à l’Ecole National de Danse de Buenos Aires, Viviana Moin étudie l’improvisation avec Mark Tompkins, Simone Forti, Steven Paxton, Lisa Nelson, David Zambrano, Julien Hamilton, Vera Mantero, Franz Poelstra entre autres.Etudie l’acrobatie à l’Ecole de cirque Fratellini, et le clown et bouffon à l’Ecole de Philippe Gaulier.
Travaille en danse contemporaine avec les compagnies de Christophe Haleb, Jérôme Bel, Karine Saporta, Fredéric Gies et Fredéric du Carlo, Ayelen Parolin (Belgique), Kataline Patkaï, Mathieu Hocquemiller, Acerina Ramos-Amador (Espagne), Yaïr Barelli, et en théâtre avec la Compagnie Allio-Weber, Mélanie Martinez Llenze, Monica Espina.
En Mai 2018 participe dans « Re-Paradise », de Gweanel Morin d’après le Living theater monté au Théâtre de Nanterre Amandiers.
Collabore aussi dans des projets de performance avec l’écrivain Hélèna Villovitch, la plasticienne Magali Debazeille, Pauline Curnier-Jardin, Ulla Von Brandenbourg. En 2008 est invitée par le Festival de performance Amorph!08 (Paris-Helsinki) à imaginer deux performances à Paris et à Helsinki avec l’artiste finlandaise Mimosa Pale.
En 2016 participe à un projet de performance avec l’écrivain Natacha Appanah au Centre Chorégraphique de Caen Basse Normandie.
Danseuse dans le Film de Ulla Von Branderbourg « It has a Golden Sun an Elderly Grey Moon » qui fut sélectionné pour le prix Marcel Duchamp 2016, suivront en 2017 des performances en lien avec le film au Kunsthal Aarhus, Danemark.
Participe aux activités de « Jeux W » (Joris Lacoste et Jeanne Revel) notamment dans le dispositif « Générique » et « Tombeau ».Est choisie pour participer au laboratoire de recherche interdisciplinaire organisé par la DRAC Nord pas de Calais dirigé par Christian Rizzo.
Participe dans plusieurs court métrages et films d’art : « Le sommeil de la raison engendre de monstres » de Gustavo Kortsarz ; « Nomel a Gnikcus » de Nicolas Contant ;  les films de Pauline Curnier Jardin (« Grotta profonda » et « Cœur de Silex ») ; « Ne te découvre pas d’un film », court métrage d’Olivier Steiner ; « Le plus petit appartement de Paris » d’Hélèna Villovitch ; “Deshabillages” de Valérie Mrejen.
Rôle co-protagonique dans le long-métrage « Sofa » d’Hélèna Villovitch (2018).
Après la création de l’association Léa P. Ning en 1999, organise seule ou en collaboration avec des artistes de divers horizons, des performances, des dispositifs d’improvisation et des spectacles chorégraphiques.