Kidows Kim_Funkenstein

Funkenstein

Performance / 2021
durée : environ 25 minutes

Création et performance : Kidows Kim
Production déléguée : MÉTÉORES
Production, administration : Charlotte Giteau Accompagnement artistique : Lucille Belland, Kazuki Fujita

Coproduction : Festival Belluard Bollwerk International
Avec le soutien de Master exerce 2018/2020 ICI-CCN Montpellier Occitanie / Pyrénées Méditerranée ; PAD sur l’invitation de la cie Nathalie Béasse ; CN D Centre national de la danse dans le cadre d’une mise à disposition de studio

Je ronge mes ailes maudites et je m’écrase sur une terre impénétrée où je suis un monstre clandestin. A cause de mes yeux bridés par vos tenailles, mon regard se diffracte en dégageant une identité floue.
Le point de départ ici, est un assemblage entre le corps, la voix et des objets quotidiens. Ces matériaux sont souvent détournés, désarticulés et courbes, leur entrechoquement provoque une transmutation tronquée. C’est un solo inexactement monstrueux qui fait apparaitre un agglomérat d’éléments performatifs incarnant des images merdiques en décomposition comme une interruption au milieu du processus. Cet ensemble de pratiques et de spéculations révèlent l’hypothétique potentiel d’une physicalité humaine qui esquive absurdement la normativité, comme une distorsion de la légitimité et comme une plaisanterie à propos des idées dominantes dans l’inconscient de la société. Mon intention est d’explorer une ambiguïté qui contourne le prosaïque, à travers une thématique récurrente sur les monstres, ces créatures fantastiques figurant les marges de la société, mon inconscient et mon refoulé intime.
FUNKENSTEIN propage une perception embrouillée et diffuse une ambivalence affective.

Kidows Kim

biographie

www.kidowskim.com

Kidows KIM est né en Corée du sud dans une ville satellite. Après un parcours en conception graphique et mime et un diplôme en danse au CNDC d’Angers, il poursuit sa recherche au master exerce d’ICI–CCN Montpellier de 2018 à 2020. Il s’intéresse à la “Monstrarchéologie”, c’est-à-dire à la méthode qui consiste à excaver une forme organique constituée de transformations microscopiques inachevées et à collectionner irrationnellement des imageries underground. Ses créations composent une cosmogonie intime sous la forme d’un “dictionnaire des créatures fantastiques”. Il en a récemment dévoilé le premier chapitre dans un solo étrangement monstrueux nommé FUNKENSTEIN (2021). Il ouvre actuellement le second, CUTTING MUSHROOMS (2023). En parallèle, Il élabore une série de performances ponctuelles et éphémères autour d’une obsession pour les mangas.